Mimesis

CONGRES 2013
Rencontres avec Didier DIETSCHI (Genève)


JEUDI 10 OCTOBRE 2013
Didier DIETSCHI : Des restaurations directes vers des restaurations indirectes dans la reconstruction du sourire : « des indications confirmées aux solutions innovatrices

DD Portrait pictureRecouvrir les dents antérieures à l’aide de facettes est une technique reconnue, qui a été introduite en 1937 par le Dr Pincus.

Depuis le milieu des années 70,  soutenues par le développement des composites et de l’adhésion, de nombreuses techniques ont vu le jour : des composites en technique directe aux facettes préfabriquées en composite, et bien sur jusqu’aux facettes en porcelaine. Le concept de facettes préfabriquées en composite a été rapidement abandonné à cause des limitations technologiques des premiers composites  et du développement rapide de l’adhésion entre la dent et la céramique.

Récemment, cette «idée ancienne» a été remise au gout du jour par la combinaison d’un procédé de moulage alliant hautes pression et température, suivi d’une vitrification de surface au laser ; ce système amélioré de composites préfabriqués ouvre des perspectives pour le traitement de caries ou de problèmes esthétiques qui étaient traités précédemment par des facettes de composite en technique directe.

Ce programme abordera l’ensemble des indications respectives des restaurations partielles  en composites, des facettes composites, des facettes en céramique, avec une attention particulière à ces facettes préfabriquées à poser en une seule séance. Il couvrira pour le mieux tous les aspects intéressants de cette technique originale, avec des indications sur les matériaux, une technique de maquillage, et un protocole expliqué. Une documentation détaillée avec de nombreuses illustrations sera remise aux participants.


VENDREDI 11 OCTOBRE 2013

MATINEE

Mimesis (Aix-Marseille) : « La temporisation en implantologie », Jean Richelme, Christophe Rignon-Bret, Franck Bonnet, Olivier Etienne, Jean-Christophe Paris

La confection de prothèses transitoires, lors du traitement implantaire, pourrait paraître accessoire. Bien au contraire, cette phase qui devrait faire partie intégrante du traitement, contribue largement là encore à sa réussite.

Au-delà du simple aspect esthétique, ces prothèses temporaires vont servir à la fois à confirmer notre projet prothétique, à élaboration un guide scanographique et chirurgical, à maintenir et vérifier la fonction (occlusion, phonation, …) Elles vont parfois également guider la cicatrisation.

Quels sont les matériaux à notre disposition pour réaliser ces prothèses temporaires ? Ces prothèses de transition peuvent intervenir lors de différentes phases du traitement :

  • Avant même la mise en place des implants,
  • Au moment de la mise en place des implants avant leur ostéo-intégration,
  • Après l’ostéo-intégration des implants.
Groupe Smile (Paris) : « Dentisterie sans couronne : changement de paradigme et avancées cliniques », Romain Cheron, Gil Tirlet, Jean-Pierre Attal

Les coiffes périphériques ont longtemps été la référence de traitement restaurateur lorsque la dent, pulpée ou dépulpée, présentait une perte de substance importante.  4 évolutions majeures de nos connaissances semblent aujourd’hui changer cette donne historique. La première évolution concerne l’objectif biologique de la préservation tissulaire qui est devenue un concept incontournable. La meilleure connaissance des mécanismes fondamentaux régissant la biomécanique de la dent restaurée représente la 2ème évolution. La 3ème évolution relève de l’amélioration et la maîtrise de la mise en œuvre des matériaux esthétiques (composite ou céramique) et des colles (différentes familles, scellement dentinaire immédiat…). Enfin, une meilleure approche de la preuve scientifique par le biais d’études cliniques récemment publiées, et réalisées sur des durées conséquentes, va nous permettre d’étayer avec un fort poids scientifique notre raisonnement.

Au total, nous montrerons, dans le secteur postérieur mais aussi dans le secteur antérieur, qu’en dehors de la situation de réfection de restaurations périphériques, la dentisterie pourrait aujourd’hui se passer de couronnes.

DU Strasbourg : « Facettes : quelle forme de préparation pour quel résultat? », Olivier Etienne, Frédéric Heichelbech, Charles Toledano, René Serfaty

Les facettes sont une des solutions de choix pour les réhabilitations esthétiques. L’économie tissulaire et le collage sur l’émail en sont les principaux avantages. Si les protocoles de réalisation clinique sont aujourd’hui bien codifiés, la forme de la préparation finale reste ouverte à différentes propositions.

Cette conférence a pour but de présenter les différentes variétés de forme de préparation aujourd’hui reconnues, d’en détailler leur réalisation clinique puis d’en analyser leurs conséquences, tant esthétiques que fonctionnelles.

Ainsi, les préparations fenêtrées vestibulaires, les préparations avec réduction du bord libre associée ou non à un retour palatin, de même que les concepts « no-prep », seront abordées cliniquement et à travers l’analyse par éléments finis.

Cette double approche nous permettra de proposer des indications spécifiques et des limites cliniques pour chacune des options envisagées. Nous verrons combien ce point est primordial car il répond à des impératifs esthétiques et permet d’anticiper certains échecs, comme le décollement ou la fracture de l’artifice prothétique.

 

Symbiose (Bordeaux) : « Pour des reconstructions naturelles implanto-portées : le rôle du profil d’émergence », Hélène Lafargue, Jean-François Lasserre, Tonio Dos-Santos

Au cours des dernières décennies, les évolutions techniques et l’accessibilité croissante de l’implantologie ont modifié les attentes des patients comme celles des praticiens. Partie intégrante de l’arsenal thérapeutique quotidien, l’acte prothétique implantaire ne se départit plus des exigences esthétiques inhérentes à chacun de nos actes.

La survalorisation commune de la phase chirurgicale et de l’osteo-intégration de l’implant par rapport à la gestion prothétique conduit souvent à de piètres résultats en terme d’esthétique et de fonction des prothèses implanto-portées. Dans tous les cas ce sont les concepts fonctionnels et esthétiques du projet prothétique qui doivent guider la mise en place tridimensionnelle des implants. Dans ces conditions, la gestion d’une esthétique naturelle des artifices prothétiques implantaires est rendue non seulement possible mais aisée.

La réussite esthétique passe par la bonne gestion de l’interface implanto-prothétique et des tissus péri-implantaires dans de nouveaux concepts de profil d’émergence adaptés à l’implantologie. Dans cette philosophie, les aménagements tissulaires péri-implantaires, la préparation des moulages et le rôle des provisoires dans la maturation tissulaire sont essentiels.

Au travers de quelques points clés, nous tenterons donc d’identifier les principaux écueils, les astuces et les facteurs de réussite d’un profil démergence pour une prothèse fixée implanto-portée biomimétique.


APRES-MIDI :

– Le débat : Assujetissement à la TVA des actes esthétiques : où en sommes-nous? animé par Jean-Pierre ATTAL.

  • Les 3 ateliers animés par plusieurs « experts » :
  • « Les sensibilités post-opératoires sous les restaurations directes et indirectes » animé par groupe DU Esthétique de Strasbourg
  • « Le collage de facettes » animé par le groupe SFDE et le groupe Symbiose
  • « Dentisterie Biomimétique : autour de quelques cas cliniques » animé par le groupe Smile

Les ateliers ne sont pas des travaux pratiques mais des ateliers de discussions et démonstrations.


SAMEDI 12 OCTOBRE 2013

JOURNEE DE TRAVAUX PRATIQUES

Les facettes préfabriquées animé par Didier DIETSCHI


LIEU

Continuum (Aix-en-Provence)



COMPTE RENDU D’EDWIGE TOCA

Jeudi 10 Octobre… 7H30

La place du  ‘Grand Hôtel du Roi René’ était encore vide,
Devant moi marchait ‘Didier’…,
Il avait un joli nom, notre guide,…‘Didier… Dietschi’…

..Alors que le jour avançait, la place, d’abord vide et silencieuse, se fit plus grouillante et animée, emplie qu’elle était de maintes gentes passionnées, qui s’étaient, par cette fraîche matinée, donné un rendez-vous qu’elles ne pouvaient manquer : ‘Le Rencontrer’.
Toute cette journée fut consacrée avec force cas cliniques et argumentaires à la clé, à rendre compte du Concept qu’il qualifiait de ‘Bio esthétique’…  « Let’s have the look at the new smile », s’appliqua -t-il à nous chuchoter à notre ‘oeil’ tout émoustillé… et combien fasciné ;
De questions ubuesques aux réponses détaillées, de pauses gourmandes aux clichés souvenirs, le jour s’écoula , tranquille et savoureux, sans qu’aucun(e) ne montra une once de fatigue… prêt à en découdre avec une seconde journée d’apprentissage clinique d’une dentisterie au fait de l’esthétique…

…Jeudi, 18H30… Heure à laquelle les accréditations d’appartenance au groupe furent délivrées à 3 impétrants après qu’ils aient statué , chacun à leur tour et de belle manière, leur élan passionné à l’endroit de leur métier : Cliniciens Dentistes pour les uns (Christelle Giacomelli, Jacques Cheylus), Technicien de Laboratoire pour les autres (Hélène et Didier Crescenzo).

…Vendredi, 11 Octobre, 7H30
La place du ‘Grand Hôtel du Roi René’ est toujours vide…
… Mais, bientôt, devant moi ‘crapahutent’ les Groupes Symbiose, Smile, Du de Strasbourg, SFDE et Mimesis, prêts et devant une audience attentiste, à en découdre avec une journée riche en échanges, convivialité, et ‘joutes’ confraternelles sur le thème essentiel de ralliement, la Dentisterie Esthétique.
Une soirée festive devait parachever cette journée … alors qu’un nouveau jour naîtrait, propre à faire se dévoiler ‘Didier’, au travers de TPs , démonstratifs de ses techniques pour ‘Facettes préfabriquées’. C’était le Samedi 12 Octobre…

…Dimanche 13 Octobre…
Fini le Congrès, loin les rencontres, échanges au travers de Débats animés , …
Que la vie semble vide…
Mais je sais bien qu’un jour de l’an prochain, un autre guide viendra et nous redonnera… le Sourire !